Evenement

Webinars hebdomadaires de Microbiologie Clinique – Le Remic’s

Chaque jeudi 13h-13h30 : 20 min de présentation, 10 min de questions-réponses

Pratico-pratique : on reprend les chapitres du REMIC

Les webinars

Diagnostic de l’infection par le VIH

6 mai 13h00-13h30

Aspects pratiques et pièges lors du diagnostic biologique initial

Modérateur : Christophe Burucoa

STEFIC

Karl Stefic
Service de Bactériologie, Virologie et Hygiène hospitalière
Laboratoire de Virologie & CNR VIH laboratoire associé
Centre Hospitalier Régional Universitaire de TOURS

« Un homme de 30 ans se présente aux urgences avec de la fièvre, de la toux, une asthénie. Il rapporte des rapports sexuels non protégés multiples il y a 1 mois lors de vacances. Le bilan biologique révèle une lymphopénie à 0,8 G/L et un test de dépistage VIH positif. Le western blot est présenté ci-dessous. »

Ce bilan est en faveur :
a – d’une primo-infection VIH
b – d’une infection à VIH-2
c – d’une infection à VIH-1, probable groupe non-M
d – d’une infection VIH avancée
e – la charge virale est nécessaire pour conclure

Bartonella

20 mai 13h00-13h30

Modérateur : Christophe Burucoa

FOURNIER

Pierre-Edouard Fournier
CNR des Rickettsies, de la fièvre Q et des Bartonella
Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection
CHU de MARSEILLE

« Un diagnostic d’endocardite aortique est porté chez un patient âgé de 30 ans, sans domicile fixe depuis 2 ans. Les hémocultures à l’entrée sont négatives. Il dit n’avoir aucun antécédent médical particulier en dehors d’épisodes de fièvre récurrents depuis plusieurs mois. L’examen clinique montre la présence de poux du corps.
Le bilan biologique met en évidence une leucocytose à 18 G/L (80% PNN).  »

Vous suspectez une bartonellose:
a – à Bartonella henselae
b – à Bartonella quintana
c – Les Bartonella sont des intracellulaires strictes, ce qui explique la négativité des hémocultures
d – La sérologie par immunofluorescence vous donnera le diagnostic d’espèce
e – Le profil obtenu en western blot est évocateur d’endocardite

Le prélèvement vaginal en pratique 

27 mai 13h00-13h30

PLanotte

Philippe Lanotte
Service de Bactériologie, Virologie et Hygiène hospitalière
Centre Hospitalier Régional Universitaire de TOURS
Equipe Bactéries et risque materno-fœtal, ISP1282 Infectiologie et Santé Publique
UMR INRAE-Université de Tours

« Femme de 28 ans qui consulte en gynécologie pour des pertes abondantes et malodorantes. Elle a eu des rapports sexuels non protégés avec plusieurs partenaires dans les 6 mois. La coloration de Gram du prélèvement vaginal est présentée ci-dessous à gauche et l’aspect en culture obtenu sur la gélose « chocolat »est présenté à droite après 48 heures d’incubation. »

Parmi les réponses suivantes lesquelles sont exactes:
a – il s’agit d’une flore normale
b – il s’agit d’une flore de vaginose
c – il s’agit d’une flore intermédiaire
d – la culture est indispensable pour conclure à une vaginose
e – Une PCR Gardnerella vaginalis aidera au diagnostic

Legionella spp.

3 juin 13h00-13h30

Invitée : Sophie Jarraud

Sérologies bactériennes utiles ou inutiles

10 juin 13h00-13h30

Invitée : Anne-Laure Roux

Examen microbiologique du sperme

17 juin 13h00-13h30

Invitée : Florence Grattard

Rougeole

24 juin 13h00-13h30

Invitée : Julia Dina

 KT et chambres implantables, ne pas se planter

1er Juillet 13h00-13h30

Invitée : Brigitte Lamy