Evenement

Webinars hebdomadaires de Microbiologie Clinique – Le Remic’s

Chaque jeudi 13h-13h30 : 20 min de présentation, 10 min de questions-réponses

Pratico-pratique : on reprend les chapitres du REMIC

Toutes les sessions sont ensuite disponibles en replay pour nos membres à jour de cotisation ici : https://www.sfm-microbiologie.org/evenements/replay-webinars-hebdomadaires-de-microbiologie-clinique/

Le comité d’organisation

Christophe Burucoa

Christophe Burucoa

David Boutolleau

David Boutolleau

Christophe Hennequin

Christophe Hennequin

Sophie Jarraud

Sophie Jarraud

Marie Kempf

Marie Kempf

Jérôme Le Goff

Jérôme Le Goff

Nicolas Lévêque

Nicolas Lévêque

Christelle Pomares

Christelle Pomares

Jérémie Violette

Jérémie Violette

Les prochains webinars

Encéphalites herpétiques

1er décembre 13h-13h30

Modérateur : Jérôme Le Goff
Référent Remic : Thomas Bourlet

Dr Anne-Sophie L’Honneur
Service de virologie,
Hôpital Cochin, AP-HP

On vous appelle pour avoir le résultat de la PCR HSV dans le LCR de Monsieur Y. Ce patient de 53 ans a été amené par son épouse aux urgences car il était confus et tenait des propos incohérents. Un traitement par Aciclovir 10mg/kg/8h a été instauré après la ponction lombaire.

Les PCR HSV1&2 sont négatives.

Sur lequel ou lesquels de ces arguments recommanderiez-vous une ponction lombaire de contrôle à 48-72 heures d’intervalle avant d’exclure le diagnostic de méningoencéphalite herpétique ?

a – Les premiers symptômes sont apparus il y a 5 jours.
b – A son arrivée, la température était de 38,3°C.
c – La cytologie du LCR retrouve 2 éléments et 5 globules rouges, associés à une normoprotéinorachie à 0,35 g/L.
d – L’IRM cérébrale réalisée ce matin est normale.
e – L’électroencéphalogramme retrouve un tracé évocateur d’encéphalite herpétique (ondes lentes séparées d’intervalles réguliers)

Mycobactéries atypiques

8 décembre 13h-13h30

Modératrice : Sophie Jarraud
Référent Remic : Geneviève Hery-Arnaud

Emmanuelle CAMBAU
Service de mycobactériologie spécialisée et de référence
APHP-GHU Nord, université Paris Cité
Laboratoire associé du CNR Mycobactéries (MyRMA)

Diagnostic microbiologique des infections à MNT

Une femme de 68 ans présente une toux depuis quelques mois sans altération nette de l’état général (taille 1m70, poids 50 kgs). Elle n’a jamais eu de problèmes respiratoires et a été vaccinée par le BCG dans son enfance. Son médecin traitant a fait pratiquer une radiographie pulmonaire et un examen microbiologique des crachats avec recherche bactériologique, virologique et mycobactériologique. Le bilan général est normal. La radiographie montre des nodules des deux champs pulmonaires et la culture revient quelques semaines plus tard positive à Mycobacterium avium-intracellulare complex (MAC).

Que pensez vous de ce résultat et que faut-il faire pour étayer ce diagnostic ?
a – il s’agit probablement d’une colonisation car cette femme n’a pas d’immunodépression
b – il faut refaire des prélèvements avec recherche de mycobactéries
c – il faut commencer rapidement un traitement
d – cela n’élimine pas le diagnostic de tuberculose
e – Cela dépend si l’examen microscopique était positif ou négatif?

avec le soutien de :

Rage

15 décembre 13h-13h30

Modérateur : Nicolas Lévêque
Référente Remic : Cécile Henquell

CNR de la Rage, Institut Pasteur

La Rage en 2022

Demande d’avis au CNR Rage : « Bonjour, les réanimateurs de notre hôpital souhaiteraient éliminer le diagnostic de rage pour un patient pris en charge dans leur unité pour une encéphalite de cause non identifiée. Une sérologie antirabique a été envoyée à un laboratoire privé au début du séjour en réanimation et nous venons d’obtenir les résultats qui sont négatifs. Est-ce suffisant pour écarter le diagnostic ou devons nous vous adresser d’autres prélèvements (LCS…) ?»

a – l’absence de détection des anticorps antirabiques permet d’exclure le diagnostic de rage
b – si le patient n’a jamais voyagé en dehors de France, le diagnostic de rage peut être écarté
c – le CNR de la Rage est le seul laboratoire en France habilité à réaliser le diagnostic de la rage humaine
d – le diagnostic de la rage humaine ne peut être réalisé que sur biopsie cérébrale en post-mortem
e – les prélèvements minimum nécessaires au diagnostic de la rage en intra-vitam sont des prélèvements de salive et une biopsie cutanée